logo

Mutuelle Santé Prévoyance - Action Sociale

Votre espace personnel

Créez ou accédez à votre espace

Accueil  > Assemblée Départementale et Rencontre mutuelle 18 mai 2018

Assemblée Départementale et Rencontre mutuelle 18 mai 2018

Clic sur l’image pour lancer le diaporama

Compte rendu Assemblée Départementale et Rencontre mutuelle 18 mai 2018

  • Ouverture des travaux par C.LAVERGNE, présidente de la section 19
  • Présents : Catherine Lavergne, Mylène Bonnel, Jean-Jacques Bourdet, Alain Bourdelle, Jean-Michel Plas, Jean-Paul Mas, Jean-Marie Ramat, Annick Tourneix, Georges Tourneix, Jean-Pierre Laurensou, Karine Rossander ,Nathalie Ribière, Chantal Trignol, Valérie Diop, Gabriel Seaux, Louisette Bonnet, Alain Boutet, Colette Dubois, Pierre Courteix, Nordine Khabez, Isabelle Lavaud, Bernard Jamilloux, Jean-Claude Ferrière, Pascale Cremon, Jacques Quintane, Jacqueline Loosfelt, Roger Bach, Andrée Bach, Stephane Verlhac, Mary-Lyse Baudoux-Plas, René Baudoux, Eric Chassagnard
  • Mot d’accueil de M.HONOREZ, Principal du collège Rollinat à Brive, qui nous reçoit. Il présente l’établissement ainsi que le projet éducatif dont une des spécificités est axée sur la médiation adolescents/parents lors de conflits
  • Présentation du déroulé des travaux

I. Vie démocratique :

Les élections au CS ont eu lieu. Taux de participation : 35.38%, un des meilleurs au niveau national. Présentation des nouveaux élus : Gérard Devianne, Isabelle Fulminet, Marc Gouyon, Philippe Lacroix, Benoît Ladhari, Jean Paul Mas, Nathalie Philippon, Nathalie Ribière, Stéphane Verlhac. A noter la volonté de parité et de représentation de la pluralité des métiers et des âges.

II. Rapport d’activité :

a.Création du groupe Vyv en septembre 2017. Objectif : réunir des entreprises de l’ESS, mutuelles partageant les mêmes valeurs. Vyv doit pouvoir intervenir dans le débat sociétal et politique et, fort de ses 10 millions de personnes protégées, impacter la réflexion au niveau européen. Vyv constitue aujourd’hui le 1er acteur d’assurance santé/prévoyance mutualiste.
b.Démocratie-gouvernance : mise en place d’une nouvelle organisation territoriale, généralisation en 2018. Missions militantes confortées pour les salariés et les élus au CS. Guide territorial+ création du Responsable Opérationnel Régional
c.Proximité avec les adhérents : à cet effet, permanences à Tulle et Ussel.
d.Locaux : rénovation ou relogement ? Ce n’est pas tranché. Le club Seniors (250 adhérents) utilise en partie les locaux et s’implique dans la vie de la section.
Débat : Si relogement de la section, inquiétude pour le club. Les locaux actuels sont faciles d’accès et offrent des possibilités de parking.
Pourquoi céder « au consumérisme ambiant » et délocaliser la section ? Faire un sondage sur la question ?
Il faut attirer les jeunes, adhérents potentiels et, donc, aller vers eux. A cet égard, création d’offres spécifiques, utilisation des réseaux sociaux.
La position excentrée du siège départemental est problématique par rapport aux adhérents de moyenne et haute Corrèze.
e.70 ans MGEN : occasion de faire une AD innovante puisque suivie en temps réel sur le net. Un volume de participants très correct.
f.Contacts avec les élus : rencontres multiples pour faire connaître le modèle mutualiste, lequel est ignoré des décideurs politiques.
g.Pour une Sécurité sociale protectrice et efficace : MGEN, au travers de la FNMF siège au conseil de la CPAM.
h. Protéger, accompagner l’adhérent tout au long de la vie  : mise en place de nouvelles prestations. Déploiement de MGEN Avantage dès juin 2018. Prévention auprès des collégiens, des étudiants (sensibilisation au don de moelle, formation aux premiers secours) et des séniors (ateliers : équilibre, les médicaments, « ma maison, ma santé »).
i.Apporter un meilleur service  : 93% des patients satisfaits des établissements sanitaires MGEN
j.Soutenir les plus fragiles : Espace d’accueil et d’écoute (MEN), dispositifs d’urgence mis en œuvre au niveau national, expérimentation avec La Poste auprès de personnes âgées isolées en Creuse ; à venir en Corrèze. A différencier des spots publicitaires de La Poste.
k.Le modèle économique : MGEN doit combiner le développement commercial dans le contexte concurrentiel actuel avec l’efficacité et la politique d’investissement, tout en restant l’ESS.
l.Agir, militer pour la transition écologique : c’est l’objectif d’ « Eco-écoles » en lien avec le MEN.
m.Une marque plus forte et plus visible  : c’est le sens de la campagne mise en œuvre avec Martin FOURCADE (adhérent MGEN) lors des JO d’hiver. Coût : 1.4M€ sur un budget communication global de 4M€.
Débat : Quelle est la place de la section 19 dans ce rapport d’activité ? Voir les éléments départementaux dans le bulletin à venir.
Est pointée la nécessité d’adapter notre vocabulaire aux nouvelles populations adhérentes. Nous ne sommes plus seulement Education Nationale.
Quel a été l’impact de la campagne JO sur les adhésions ? Trop tôt pour le mesurer mais on commence à avoir des jeunes qui viennent « à la mutuelle de Martin FOURCADE ».
D’autres actions sont menées en directions de jeunes espoirs : MGEN Académie etc.

III. Rencontre mutuelle : « De la parentalité aux parentalités »

JM PLAS, vice-président délégué MGEN 19, présente le thème et anime le débat.
Participent à la table ronde :

  • M. HONOREZ principal du collège Rollinat
  • Anne BOUILLAGUET, conseillère technique du DASEN
  • Anne POUDRET, directrice de l’UDAF (Union Départementale des Associations Familiales)
  • Louis DEBRET, chef de service UDAF

a.Présentation du thème : Rappel de la démarche MGEN.
Comment prendre en compte les évolutions sociétales ? Naît-on parent ou le devient-on ? Quelle place dans les nouvelles structures familiales pour les parents ? les beaux-parents ? les grands-parents ? Comment garantir les mêmes droits à tous les enfants ? Peut-on avoir plus de deux parents ? Anonymat et PMA ? etc.

Projection d’une vidéo relatant l’évolution des droits des femmes de 1967 à nos jours. Rappel des étapes clés de la contraception au mariage pour tous.

b.Intervention Anne BOUILLAGUET  : Ces évolutions sont récentes. Les beaux-parents n’ont pas de légitimité reconnue. Il faut faire évoluer les représentations mentales et sociétales y compris chez les travailleurs sociaux, les enseignants.
Nécessité d’amener les adultes concernés à se positionner sur leur rôle par rapport à l’intérêt de l’enfant. Quelle prise en compte des « parents additionnels » ? des familles recomposées ? La garde alternée n’est pas forcément négative pour l’enfant. Vide juridique sur la filiation (familles homoparentales).
L’évolution de la société et la réflexion « extérieure » amèneront le législateur à évoluer.

Débat : Les « nouvelles » familles ont-elles plus de problèmes que les familles « standard » ? Non, les difficultés viennent souvent de considérations, contingences juridiques (garde, etc.). Les difficultés des enfants dans les familles ne sont pas liées à la forme de la famille, même si c’est souvent plus simple pour les familles « traditionnelles » que pour les familles monoparentales : la reconnaissance du père dans la garde alternée atténue la « solitude » des familles monoparentales.

c.Intervention Anne POUDRET : Rappel de la création de l’UNAF et de ses déclinaisons départementales UDAF. Rappel de deux principes de base : toute famille peut avoir besoin d’aide (universalité) / les attentes des familles sont variées (pluralité).
Vigilance indispensable par rapport à la marchandisation de la parentalité via la publicité, la télévision, le phénomène de coaching etc.

« La parentalité, qu’est-ce que c’est ? » Concept médico-psychologique né à la fin du XXème siècle. Les évolutions sociétales obligent à le réinterroger.
Parentalité et coparentalité existent dans la loi mais pas la pluri-parentalité (familles recomposées, beaux-parents, grands-parents, familles d’accueil etc.).
L’UDAF a une éthique d’intervention : coparentalité et coéducation sont indissociables.

d.Intervention Louis LEBRET : rôle et importance de la médiation familiale.
L’UDAF a créé un « espace-rencontres ». Son objectif : favoriser la reprise de la fonction parentale, rendre le.s parent.s acteur.s de la parentalité. Cet espace a vu l’arrivée des « nouvelles familles ».
La médiation familiale : espace de parole qui vise à rétablir le dialogue dans le couple, quelle qu’en soit la structure, de façon à établir un « protocole d’accord » envers l’enfant/ les enfants. Cet accord est valable devant je JAF (Juge aux Affaires Familiales)
Le groupe de parole est un collectif pour partager ses difficultés dans des ateliers.

e.Intervention Didier Honorez : présentation détaillée de son projet « Atelier Parents/Adolescents ».
Cet atelier, basé sur une procédure, donne des outils pour gérer les nombreux conflits qui surviennent à l’adolescence.

IV. Information sur les offres / Vote délégation AG 2018 :

Suite aux décisions votées en AG 2017, les augmentations de cotisations sont calculées désormais en fonction d’un taux directeur. Pour 2019, taux retenu : 3.5%
La répercussion sur les 4 offres varie en fonction du ratio prestations/cotisations de chacune. L’objectif est d’assurer un pilotage plus précis, tout en assurant un équilibre global pour MGEN. D’où les hausses prévues en 2019 :
· Initiale : 0.5%
· Equilibre : 5.66 %
· Référence : 3.5%
· Intégrale : 5.69%

Offres MSP/MGEN : Création au 01/01/2018 d’une nouvelle offre MASP (MGEN Alternative Santé Prévoyance) référencée par le ministère Education Nationale.

Projet de création d’une nouvelle offre Prévoyance Actif 2. Ses objectifs : prise en compte de tout ou partie des primes dans le calcul des allocations journalières (en particulier les adhérents issus de l’ex MGET), augmentation du capital décès, relèvement du plafond d’attribution pour les allocations versées en cas d’invalidité.

MGEN s’élargit autour de communautés professionnelles qui partagent nos valeurs.

Vote de la délégation AG Paris les 10 - 11 juillet : unanimité.
Catherine LAVERGNE, Nathalie PHILIPPON, Louisette BONNET, Jean jacques BOURDET